apprentissage

La réforme de l’apprentissage

Share Button

ETHIC contribue à la réforme de l’apprentissage

Après trois mois de concertation, Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, dévoile le projet du gouvernement pour la réforme de l’apprentissage.

Le mouvement ETHIC a largement contribué au débat en remettant un dossier complet courant novembre, à la demande du Premier Ministre, Edouard Philippe.

Le travail d’ETHIC a consisté en une large consultation des chefs d’entreprises adhérents ayant intégré des apprentis, complété d’un questionnaire administré auprès de tous ses membres.

Les chefs d’entreprise du mouvement se félicitent que bon nombres de leurs préconisations aient été reprises, notamment : un contrat unique (avec le rapprochement du contrat d’apprentissage et de celui de professionnalisation), une accessibilité de l’apprentissage (il sera ouvert aux jeunes jusqu’à 30 ans, au lieu de 26 ans aujourd’hui), une embauche d’apprentis qui pourra se faire tout au long de l’année (et ne sera plus cantonnée à la période septembre-décembre), en fonction des besoins des entreprises…

Mais tout cela n’est qu’un catalogue utile de mesures et ce qu’il faut changer c’est l’état d’esprit. Etat d’esprit des parents qui rêvent encore de ce baccalauréat faux eldorado sans valeur ou d’études dites secondaires qui laissent nombre d’étudiants sur le carreau au bout de 2-3 ans. Etat d’esprit des professeurs, état d’esprit du grand public, etc.

consulter le rapport d'ETHIC