Sophie de Menthon pour Atlantico : “Tests en entreprise : l’irréparable incurie de l’administration française”

le 10/09/2020

Alors que le gouvernement multiplie les annonces et les mesures dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, Sophie de Menthon revient sur la question des tests au sein des entreprises.

Quand on fait de la politique, il faut beaucoup annoncer puisque rien n’arrive dans les temps… une annonce faisant oublier l’autre, le temps que quelque chose se passe !

Ainsi Olivier Véran a-t-il dit  hier, que les tests salivaires allaient être disponibles dans les tout prochains jours ce qui devrait compenser l’encombrement des prélèvements dans le nez et la gorge… mais en fait les professionnels répliquent  que les tests sur les machines qui permettent d’analyser les prélèvements salivaires ne commencent que ces jours-ci et que les résultats ne sont attendus que fin octobre voire début novembre… Conséquence directe, les gens commencent déjà à faire la queue devant les labos pour les réclamer : désappointement ! Critiques en vue. 

« L’Europe, quel numéro de téléphone ? » : disait Henry Kissinger en 1970. Il se demandait qui appeler en cas de besoin et reprochait qu’on ne sache pas qui joindre ! C’est la même chose pour l’administration française aujourd’hui, elle n’administre plus mais elle bloque et c’est une occupation à plein temps. Un exemple, pas si anodin que cela illustre actuellement ce constat. Cela concerne les tests sérologiques que l’on aurait pu avoir il y a 6 mois, et disponibles maintenant en pharmacie. Ce qui se joue aujourd’hui sur les tests sérologiques est dans la parfaite continuité de ce qui s’est passé avec les masques avant et pendant le confinement.

Ainsi, les chefs d’entreprise, que l’on interpelle en les montrant du doigt à chaque occasion, se sont vus donner des règles et des protocoles (qu’ils avaient déjà mis au point en les adaptant, eux, à leur activité et à la taille de leur entreprise). Ils fournissent des masques dans l’immense majorité des cas et les paient (rappelons que pour avoir le droit d’acheter des masques en plein confinement, il a fallu se battre becs et ongles). Or, aujourd’hui les chefs d’entreprise veillant à la contagiosité potentielle de leurs salariés prévention, veulent faire mieux et leur proposer des tests sérologiques auto-administrés. Pas question bien sûr des tests PCR qui ne les concernent pas puisqu’il s’agit d’un acte strictement médical, ils demandent en revanche depuis 7 mois de pouvoir s’approvisionner en tests sérologiques. Rappelons que le test sérologique se pratique très facilement, sans risque, il s’agit de se piquer le doigt (soi-même) et de mettre une goutte de sang sur une plaquette qui donne le résultat dans les 5 minutes, indiquant le niveau d’anticorps.

Lire la suite sur Atlantico.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *